Quand les PHP reviennent de vacances…

Et oui comme une sombre blogueuse je suis partie en vacances sans un mot …

De superbes vacances qui m’ont permis de me poser, de me reposer et de me rerereposer !
Beaucoup de bons moments des bonnes nouvelles mais je vous en parlerai plus tard.

Pour le coup là je suis atteinte du blues de retour de vacances… oui il touche tout particulièrement une race dont je fais partie les PHP : Provinciaux Habitants à Paris !

 Et oui quand on est de province souvent on se dit : « Paris moi jamais, seuls les parisiens sont doués pour vivre à Paris ! » et puis les aléas de la vie les amours, le boulot… vous projettent dans la capitale ou sa banlieue et soudain vous devenez un PHP ( oui oui ne croyez pas que vous deviendrez parisien, il faut naître à Paris pour cela !). Après une difficile période d’adaptation vous vous acclimatez. Mais le problème c’est que, parfois, vos vacances ne vous mènent ni à Orly, ni à Roissy mais hors de l’Ile de France sur cette douce province qui vous a vue grandir, celle qui vous manque tant et là c’est le drame, pendant votre congé réparateur les symptômes caracteristiques de l’allergie du PHP reviennent : pensées provinciales, trouver insupportable qu’on vous traite de « parisiens »,  pensées de déménagement…

 C’est surtout une fois revenu sur Paris que les symptômes les plus violents apparaissent.

retour de vacances

Le seul remède : de mettre à fond dans le boulot et se dire que cela vous permettra de gagner quelques jours de congés pour replonger lors de vos prochaines vacances !

Publicités

Rider !

Bon alors cela fait maintenant bientôt deux semaines que j’ai lancé un petit teasing sur mon prochain post.

Une belle illustration est prête mais je ne l’ai jamais avec moi lorsque je suis parée à rédiger un article. Donc je me lance voici l’article, le dessin viendra plus tard.

Et suspense, mon nouveau joujou est…. UN VAE ! (bon ok je me la pète avec le terme technique, je parle bien ici d’un vélo à assistance électrique).

Le Grand Geek appelle cela un « vélo de faignant » moi j’appelle ça 20 min de gagnées, quelques coups de pédales et tout cela sans arriver en sueur au boulot !
Dieux qu’il est plaisant de ne pas avoir à me tasser dans un métro bondé, et puis au final à Paris, il y a plus de pistes cyclables qu’on pourrait le penser.   Chaque jour est un nouveau défi, quand Monsieur Météo annonce de l’orage, j’enfourche ma bécane d’enfers et je brave tempêtes et orages, ainsi que le rhume qui vient après !

Donc si vous avez un peu de motivation, peu de sportivité et une envie de vous bobotiser à fond… Je vous recommande le VAE. Moi, c’est devenu mon ami au quotidien, je lui ai même donné le doux nom de Barnabé !

IMG_20130611_171135[1]